« Les deux nigauds », Dédicace   

Dédicace

À mon petit fils

Armand Fresneau

 

Mon cher petit, c’est à toi, bon petit habitant de l’excellente Bretagne, que je dédie l’histoire de ces deux nigauds qui préfèrent Paris à la campagne. Tu ne feras pas comme eux, car déjà Paris t’ennuie et la Bretagne te plaît. Reste toujours brave et loyal Breton, et garde-toi de devenir un Parisien frivole, moqueur, vain et inconstant.

 

Ta grand-mère,

 

Comtesse de Ségur,

née Rostopchine.