A propos de « Le prince des étoiles » (1965 - Français) ajouté par affinibook le 9 juil. 2008    

Auteur(s)

Fait partie de la saga

Étiquettes

Aucune étiquette.

Résumés  

Par affinibook le 2 oct. 2011

Kirth Gersen a voué son existence à une vengeance. Des Princes des étoiles ont jadis tué ses parents et emmené sa famille en esclavage. A la poursuite d’Attel Malagate, le premier d’entre eux, dont il ne connaît que le nom, Gersen s’engage à travers la Galaxie dans une impitoyable chasse à l’homme. Un space opera flamboyant devenu un grand classique.

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par CC.RIDER  le 21 juil. 2019

En juillet 1524, Kirth Gersen se présente à la taverne de Smade, établissement fréquenté par les pirates et les flibustiers les plus notoires de l’Au-delà. Il faut dire que Smade est le seul propriétaire de la planète qui porte son nom. Il s’y est établi avec ses trois femmes et ses onze enfants et y fait régner sa loi. Gersen y rencontre un autre explorateur de l’espace, Lugo Teehalt, lequel a travaillé pour le compte d'Attel Malagate, dit « Le Monstre ». Teehalt a fait la découverte d’une planète aussi magnifique qu’hospitalière, habitée par des créatures fascinantes telles les dryades. Pour la préserver, il veut garder secret son emplacement. Mais, dans la nuit, il est assassiné par trois individus, au grand dam de Smade qui n’admet aucun désordre sur sa planète. Gersen repart avec le moniteur de la fusée de Teehalt. Il espère réussir à l’ouvrir et à le faire parler, car il contient de précieux renseignements et en particulier la position de la fameuse planète.

« Le prince des étoiles » est un roman de science-fiction, catégorie space-opera, consacré à une chasse à l’homme et à une vengeance à travers la galaxie. C’est le premier de cinq tomes d’une saga intitulée « La geste des princes-démons ». Chacun retrace la traque d’un grand criminel et peut se lire indépendamment des autres. Après Attel Malagate, suivront Kokor Hekkus, Viole Falushe, Lens Larque et Howard Alan Treesong. Présentée comme un grand classique de la science-fiction (si l’on en croit la quatrième de couverture), cette série est plutôt une œuvre de divertissement sans grande prétention ni profondeur. L’intrigue est assez basique, les personnages peu travaillés et les méchants très caricaturaux. Reste le style de qualité du grand Jack Vance dont la production assez énorme comporte des titres de bien meilleur niveau que celui-ci.

Notes

Moyenne

Dernières notes:

Toutes les notes: