A propos de « Les coulisses de l'anarchie » (1892 - Français) ajouté par CC.RIDER le 17 sept. 2020    

Auteur(s)

Fait partie de la saga Attacher à une saga

Ce livre n'est associé à aucune saga.

Étiquettes

Essai

Résumés  

Aucun résumé n'est disponible pour ce livre.

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par CC.RIDER  le 17 sept. 2020

L’anarchiste est ainsi fait qu’il ne peut s’empêcher de prêcher l’anarchie partout où il se trouve. Très vite, il se retrouve renvoyé, rejeté. Il ne lui reste plus qu’à trouver un autre emploi, un autre atelier qui veuille bien l’embaucher et où il recommence exactement la même chose. Quand plus personne ne veut de lui dans une ville, il prend la route et tente sa chance dans une autre où tout se reproduit à l’identique. Ses ennemis sont la banque, le bourgeois, le curé, le Juif, le militaire gradé. Mais comment s’y prendre pour se débarrasser de tout ces nuisibles ? En fait, l’anarchiste rêve, c’est un poète, un naïf, pas très cultivé, ni très formé politiquement. Il imagine un monde où il n’y aurait plus de pauvres, plus de prisons, plus de guerres, plus de religion, plus de propriété privée. Le bonheur du peuple, la paix, l’amour libre, l’abondance, la fraternité universelle sont ses objectifs, même s’ils semblent impossibles à atteindre.

« Les coulisses de l’anarchie » est un vaste essai politico-social qui aborde tous les aspects d’un mouvement qui fit beaucoup parler de lui à la fin du 19e siècle et au début du vingtième. L’auteur fait ici vraiment œuvre de journaliste d’investigation. Il présente avec précision les théories, les tendances, les évènements, les protagonistes (Michel Bakounine, le prince Kropotkine, Elisée Reclus). Il aborde le cas de Ravachol, de son véritable nom Koenigstein, qui, pour l’auteur, fut surtout une dupe et une victime. On sent une certaine empathie pour le mouvement dans la mesure où il fait une distinction entre une anarchie pacifiste et non violente et une autre qui n’hésite pas à virer au terrorisme le plus sanglant. Le chapitre consacré à la compilation des attentats, assassinats et autres dynamitages, est particulièrement bien fourni. Pour l’auteur, l’anarchiste véritable n’est ni tueur, ni dynamiteur, ni partisan de l’action violente isolée. Il ne faut pas le confondre avec le nihiliste qui, en général n’est pas un prolétaire, mais un bourgeois ou un noble, parfois très riche et toujours un homme instruit. Le lecteur apprendra beaucoup de choses en lisant cet ouvrage, comme cette étrange collaboration avortée entre des anarchistes et le marquis de Mores, placé à l’autre extrémité de l’échiquier politique ou comme les sympathies de l’écrivain Octave Mirbeau qui fit l’apologie de Ravachol. Bien que paru en 1892, cet ouvrage est toujours intéressant et agréable à lire à titre de document historique.

Notes

Moyenne

Dernières notes: