A propos de « Les compagnons du silence » (1856 - Français) ajouté par CC.RIDER le 29 juil. 2020    

Auteur(s)

Fait partie de la saga Attacher à une saga

Ce livre n'est associé à aucune saga.

Étiquettes

Roman, Historique

Résumés  

Aucun résumé n'est disponible pour ce livre.

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par CC.RIDER  le 29 juil. 2020

Dans l’Italie du sud, au tout début du XIXᵉ siècle, Ferdinand, roi de Naples, a été chassé de son trône par l’armée de Napoléon lequel a placé Murat sur le trône. Mais, en 1815, à la chute de l’Empire, retournement de situation, c’est Murat qui est chassé à son tour et dont la tête est mise à prix. Ne sachant où se réfugier, il demande accueil et protection au comte Mario de Monteleone, cousin et favori du roi. Comme c’est un homme de bien déjà frappé par le sort, (il a perdu son premier fils, ses deux autres enfants, Céleste et Julien, viennent d’être mystérieusement enlevés et son épouse en est devenue folle) il accepte de l’héberger et de lui prêter main-forte. Mal lui en prend. Un groupe de rebelles investit son château pour s’emparer de la personne de Murat. Une fusillade éclate. Le comte y perd la vie. Murat parvient à s’échapper. Il sera repris et pendu peu après. « Les compagnons du silence », société secrète dont les six grands maîtres sont tous issus de la noblesse sicilienne et calabraise, jurent de venger la mort de Monteleone, considéré comme un saint et un martyr de leur cause…

« Les compagnons du silence » est un roman historique, de cape et d’épée, d’abord publié sous forme de feuilleton dans un journal avant de l’être comme roman proprement dit. Le lecteur y retrouvera des chapitres assez brefs, correspondants aux épisodes, s’achevant tous sur un rebondissement, histoire de maintenir l’intérêt tout au long des 744 pages de ce pavé. Ce diable de Féval, qui en son temps, fut aisément l’égal de l’immense Dumas, n’avait pas son pareil pour imaginer des situations rocambolesques, des intrigues compliquées, labyrinthiques, avec autant d’amours contrariés voire impossibles que d’intrigues alambiquées. Sans oublier son lot de crapules, traitres et salopards en tous genres et son pendant de belles âmes pures et bafouées. Parmi celles-ci se détache celle du personnage principal, Fulvio Coriolani, alias d'Athol, alias Porporato. (nombre de personnages disposent ainsi de plusieurs noms), véritable héros christique tout à fait admirable. Roman encore bien agréable à lire, même de nos jours, aux antipodes de ce qui se produit aujourd’hui. Tout le charme de l’ancien.

Notes

Moyenne

Dernières notes: