A propos de « Alain de solminihac » (1980 - Français) ajouté par CC.RIDER le 12 juin 2019    

Auteur(s)

Fait partie de la saga Attacher à une saga

Ce livre n'est associé à aucune saga.

Étiquettes

Historique, Biographie

Résumés  

Aucun résumé n'est disponible pour ce livre.

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par CC.RIDER  le 12 juin 2019

Alain de Solminihac, né le 25 novembre 1593 au château de Belet à Saint-Aquilin, près de Périgueux, mort à Mercuès, près de Cahors, le 31 décembre 1659, fut un homme d’Église du XVIIe siècle. Il a été déclaré vénérable en juin 1927 par le pape Pie XI puis béatifié en 1981 par le pape Jean-Paul II. À l’âge de 18 ans, il ne désirait rien d’autre que de devenir chevalier de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de porter les armes pour défendre la foi catholique. Son oncle, abbé commendataire de l’abbaye de Chancelade, fondée en 1133, le désigne pour lui succéder. À 21 ans, il devient donc chanoine régulier novice. En 1614, lorsqu’il prend son abbaye en main, celle-ci est ruinée par les guerres de religion. Après sa profession religieuse (1616) et son ordination sacerdotale (1618), il va compléter ses études ecclésiastiques à Paris où il applique sa devise: : « Aussi bien que se peut, jamais rien à demi ». Il y rencontre François de Sales et se lie d’amitié avec Vincent de Paul. En 1623, il reçoit la bénédiction abbatiale et continue l’entreprise de reconstruction spirituelle et matérielle de Chancelade. En onze années, il reçoit la profession religieuse de 54 novices. Sa méthode et ses préceptes font école auprès d’autres communautés augustiniennes. Pressenti pour être nommé évêque de Lavaur, il se rend à Paris pour aller demander au roi Louis XIII de lui éviter ces honneurs. Mais le roi, frappé par cette humilité, le fait nommer en 1636, à un des plus grands diocèses du royaume, celui de Cahors.

« Alain de Solminihac, abbé de Chancelade, évêque de Cahors » est un ouvrage historique et documenté sur la vie d’un homme pétri de foi et de ferveur qui eut une grande influence à son époque ne serait-ce que par les réformes qu’il impulsa à la religion catholique. Le lecteur découvrira dans ce livre de nombreux extraits de sa correspondance avec Vincent de Paul. Des photographies illustrent un propos un peu aride et surprenant devant tant d’héroïcité des vertus. Cet évêque « malgré lui » portait secours aux pauvres et aux démunis et eut une conduite admirable pendant la grande peste. Il se comporta toujours comme un véritable ascète. Il ne se nourrissait qu’une fois par jour d’un peu de pain et de quelques légumes, dormait sur une planche, portait un cilice et s’infligeait des flagellations chaque vendredi entre autres… Un comportement quasi incompréhensible à notre époque. Livre intéressant pour découvrir un athlète de Dieu assez peu connu.

Notes

Moyenne

Dernières notes: