A propos de « La fille du train » (2015 - Français) ajouté par zout le 6 sept. 2015    

Auteur(s)

Fait partie de la saga Attacher à une saga

Ce livre n'est associé à aucune saga.

Étiquettes

Thriller

Résumés  

Par zout le 6 sept. 2015

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par zout  le 6 sept. 2015

Joel Metreau

La Fille du train s'appelle Rachel. Depuis un mariage raté suivi d'un divorce, elle habite en coloc avec sa copine Cathy, dans la même ville que son ex. Pire: elle vient d'être virée de son travail après un repas trop arrosé avec un client. Elle continue pourtant de se rendre en train de sa morne banlieue pavillonnaire à Londres à 8h04 chaque matin pour tromper son ennui et mentir sur sa situation. Son occupation principale: regarder les gens, leur inventer des existences, quitte à flirter avec le voyeurisme. Rachel est un personnage borderline, mais terriblement attachant dans sa vulnérabilité.

Rares sont les romans où l’alcoolisme est aussi bien dépeint. En plus du mystère auquel Rachel va être confrontée, la tension augmente au fur et à mesure qu'elle entretient une relation délicate avec cette dépendance. Pourtant, Rachel réussit à conserver les apparences et un semblant de vie normale. Si seulement sa consommation d’alcool ne l’amenait pas à être sujet à des «black-out », ces trous noirs qui meurtrissent la mémoire.

La Fille du train mélange les voix de trois narratrices différentes, dont les points de vue apportent un éclairage différent sur les mêmes scènes. Il y a Megan, une femme au foyer, Anna, la nouvelle compagne de l’ex de Rachel, et cette dernière. Ce trio de voix entraîne une progressive montée du suspense. Qui dit vrai? Qui dit faux? L’alcoolique est-elle la moins fiable ou la plus clairvoyante? Ce qui est certain, c’est qu’une femme va disparaître et que Rachel va tenter de comprendre pourquoi.

Notes

Moyenne

Dernières notes: