A propos de « Prince d'orchestre » (2012 - Français) ajouté par zout le 17 mai 2014    

Auteur(s)

Fait partie de la saga Attacher à une saga

Ce livre n'est associé à aucune saga.

Étiquettes

Roman

Résumés  

Par zout le 17 mai 2014

Alors que chaque concert lui vaut un triomphe et qu'il se trouve au sommet de sa gloire, le chef d'orchestre Alexis Kandilis commet une indélicatesse dont les conséquences pourraient être irrémédiables. Sa réputation est ébranlées. Aux déceptions et revers qui s'ensuivent il oppose la certitude de son destin d'exception. Mais les blessures les plus ancienne se rappellent à son souvenir. L'insidieux leitmotiv des Kindertotenlieder - Les chants des enfants morts - de Gustave Mahler lui chuchote sans répit le secret qu'il voulait oublier. La chute est inexorable. Seules l'amitié ou la confiance de quelques proches semblent l'ouvrir à une autre approche de son talent, susciter en lui un homme nouveau, dont la personnalité glisserait de la toute-puissance à la compassion, de l'arrogance à l’empathie profonde. Se dessine peut-être une métamorphose...

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par zout  le 17 mai 2014

Metin Arditi vit à Genève où il préside l'Orchestre de la Suisse romande. Il décrit les gestes des musiciens, leurs doutes et leurs peurs avec une acuité passionnante. Tout à coup, le lecteur comprend le regard et les réactions du concertiste, sa manière de jeter un coup d'oeil vers les premiers et seconds violons sur sa gauche, de comprendre son angoisse et cet instant infime où il se sent désemparé avant que la vanité n'écarte la peur. Metin Arditi devient la main du maestro, son geste sûr, sa pensée fugitive. Quand Alexis se retrouve petit garçon plongeant dans ses souvenirs de pensionnat, l'auteur effleure les douleurs de l'enfance, murmure la mélancolie, caresse le malheur. Prince d'orchestre aurait pu devenir le morceau de bravoure d'un professionnel mais il est une oeuvre profonde et rare sur la peur de ne jamais être à la hauteur, sur cette perpétuelle remise en jeu du créateur qui n'est pas sûr de l'instant suivant. Il parle aussi de la solitude effroyable de l'interprète devant un public rêvant de le prendre en faute. Alexis, le héros de Metin Arditi, est un taureau dans l'arène, un animal qui connaît l'odeur du sang et de la violence. Il ne lui reste plus qu'à tuer pour ne pas tomber tout de suite et prendre ainsi le temps de choisir sa mort.

Par Christine Ferniot (Lire)

Notes

Moyenne

Dernières notes: