A propos de « Le dissident chinois » (2010 - Français) ajouté par cedrus le 25 janv. 2010    

Auteur(s)

Fait partie de la saga Attacher à une saga

Ce livre n'est associé à aucune saga.

Étiquettes

Roman

Résumés  

Par cedrus le 25 janv. 2010

L'exil était au coeur des nouvelles remarquées de Nell Freudenberger, Lucky Girls. Dans Le Dissident chinois, son premier roman, il s'agit encore d'exil mais de l'Orient vers l'Occident. Yuan Zhao, célèbre artiste dissident, est invité à passer une année à Los Angeles. Il enseigne à l'école de filles St Anselm's et est hébergé par les Travers, une famille d'intellectuels aisés. A sa tête, Cece Travers. Enchantée de l'accueillir, elle s'efforce de donner une image positive de sa tribu où les relations sont plus complexes qu'il n y paraît. Son mariage avec Gardon, un psychiatre obsédé par la généalogie, est en déroute, son beau-frère Phil, charmant et irresponsable, est désespérément amoureux d'elle et ses enfants lui échappent. De son côté, Yuan Zhao cache bien son jeu. Le Dissident chinois met en regard avec une tendre ironie deux cultures radicalement opposées, dont la confrontation fait éclater les apparences.

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par cedrus  le 25 janv. 2010

Dès le départ, l'auteur sait capter l'attention du lecteur en l'incluant dans le livre. Il nous interpelle à plusieurs reprises en nous prenant à témoin. J'ai eu l'impression d'être l'ami ou le confident de Yuan Zhao. Il nous parle de la Chine, de ses espoirs mais aussi du froid, de la faim. Puis tout à coup, nous sommes de retour en Amérique où tout est luxe. Cela donne une autre dimension aux personnages qui sont tous vus par le récit de Monsieur Yuan. Il y a quelques passages que j'ai trouvé un peu ennuyeux (en milieu de livre) car un peu répétitif. Le rebondissement de la fin m'a laissé sans voix.

Notes

Moyenne

Dernières notes: