A propos de « Box office poison » (2005 - Anglais) ajouté par alpha09 le 16 déc. 2009    

Auteur(s)

Fait partie de la saga Attacher à une saga

Ce livre n'est associé à aucune saga.

Étiquettes

Aucune étiquette.

Résumés  

Par alpha09 le 16 déc. 2009

Top Shelf is proud to announce the complete, 608-page (!!!) BOX OFFICE POISON graphic novel. This perennial fan favorite is so wonderfully written that the series screams for an all-up collection. As big fans of the comic book series know, this epic story of Sherman, Dorothy, Ed, Stephen, Jane, and Mr. Flavor is not to be missed. Alex Robinson's completely natural and inspiring knack for dialogue has made his story of dreary jobs, comic books, love, sex, messy apartments, girlfriends (and the lack thereof), undisclosed pasts, and crusty old professionals one of the most delightful and whimsical books to hit the stands in years.

Derniers sujets sur le forum

Aucun sujet.

Critiques  

Par alpha09  le 16 déc. 2009

Un roman graphique que j'ai vraiment apprécié, découvert grâce à Mirsky qui l'a noté dans sa version française, De mal en pis. Je vous joins un commentaire trouvé sur Amazon, avec lequel je suis totalement en phase et qui vous donnera peut-être l'envie de partager à votre tour la vie de Sherman et des ses amis.

"Ce roman graphique, un des plus longs jamais publiés (près de 600 pages) atteint des sommets d'émotion et de talent. Autour d'une poignée de personnages terriblement attachants, il dresse un portrait de l'amérique des intellos précaires, de jeunes adultes en attente d'une vie qui ressemblerait à leurs rêves. Leur parcours professionnel, leurs problèmes familiaux, leurs atermoiements sentimentaux sont décrits avec une sensibilité infinie.

Et l'auteur maîtrise comme personne les bulles de voix-off, les cases en aparté, les dessins muets.

Et pour le coup, on en apprend beaucoup sur le monde des comics aux Etats-Unis, dans la mesure ou Ed, un des deux personnages principaux, commence dans cet album une carrière d'auteur de comics.

Au détour de scènes quotidiennes, Robinson parvient souvent à universaliser son propos, tellement les situations nous touchent. Et c'est avec peine et un pincement au coeur qu'on quitte Sherman et ses potes pour les laisser vivre leur vie.

Une oeuvre majeure, une réussite totale, incontournable pour les amateurs d'indépendants comme Seth, Adrian Tomine, Dupuy et Berbérian, voire le Larcenet du "combat ordinaire".

Notes

Moyenne

Dernières notes: